Deux ans après l’article que nous avions consacré à la WFS à l’occasion d’un concert à l’Institut du monde arabe où Euphonia (Arnault Damien et Étienne Corteel) avait installé en fixe leur processeur Wave I de Sonic Emotion qui en est à sa version 4.2, il est bien de faire le point sur les évolutions de cette technologie de diffusion sonore qui, lentement mais sûrement, s’impose comme une nouvelle solution, comme le line array à son époque. Quel véritable passionné du son ne serait pas curieux de cuisiner son mix avec ce système qui permet de restituer un véritable espace sonore en 3D ?

Le Studio 115, un bunker en WFS - Photo © François Vatin

Le Studio 115, un bunker en WFS – Photo © François Vatin

L’équipe de On Off, premier prestataire à s’équiper en WFS, a bien compris qu’il fallait se lancer dans l’aventure. De même, cette grande maison du son qu’est Radio France ne pouvait pas non plus passer à côté de cette innovation. Elle possède déjà deux processeurs : un dans le mythique 105, et un autre dans un studio adapté pour l’occasion.

Rendez-vous est donc pris avec Fred Changenet, ingénieur du son maison depuis une dizaine d’années, et Arnault Damien, au studio 115 réaménagé pour expérimenter la WFS. Nous entrons dans une cage métallique bardée de 29 Genelec 8020 (même au plafond) où Hervé Déjardin, grand manitou du son immersif chez Radio France, est justement en train d’écouter un mix en WFS du groupe Her, enregistré aux Transmusicales de Rennes et destiné, entre autres, au site de la radio Nouvoson.fr qui propose déjà du 5.1 et du binaural.

[…]

Les principes de base de la WFS

L’idée de la WFS, développée à l’Ircam sur 360 enceintes, puis par Sonic Emotion avec un système qui peut fonctionner déjà avec trois points, c’est de reconstituer physiquement un véritable champ sonore, non pas en 2 ou 5.1, mais en 32.0 ! On peut spatialiser jusqu’à 32 points sortis individuellement d’une console de mix, et ce n’importe où en arrière de la diffusion qu’on aura mis en place. Prenons par exemple Huckleberry Finn, dramatique de France Culture réalisée en public au studio 104 à laquelle j’ai pu assister au mois de décembre : on a un système principale LCR en line array, une rampe de 10 enceintes et un U de 20 enceintes qui entoure le public. L’ingénieur son peut ainsi, à son gré, placé la voix des comédiens, les instruments de musique du groupe de blues qui joue à jardin, les bruitages en direct, tous les sons d’ambiance, un a un, n’importe où dans le plan horizontal mais aussi en élévation depuis la version 4 du processeur SE. Selon un principe physique établi depuis longtemps, la Wave Field Synthesis, ou synthèse de champ sonore, cherche à reconstituer un front d’ondes avec plusieurs points de diffusion, dont le traitement des délais, equalizer, et autres paramètres par le processeur, permettent à n’importe quel auditeur dans la salle de localiser réellement la source, comme si c’était elle qui émettait tout le son. Si le front d’ondes est resserré, c’est que la source est proche, s’il est large c’est qu’elle est loin.

4 exemples du principe WFS - Document © Euphonia

4 exemples du principe WFS – Document © Euphonia

 

Du même auteur

Dans la même catégorie