Redessiner les contours d’un ancien cinéma en prenant en compte de la coactivité des usages n’est pas chose facile. La modélisation des espaces engendre quelques contraintes d’exploitation et impacte plus particulièrement les régies et les dégagements de scène. Les attendus devaient permettre d’exploiter simultanément la grande salle et les studios de répétitions, sans contamination en direction des tiers et des locaux adjacents. Nous avons rencontré une équipe passionnée. Malgré des moyens modestes, elle n’a de cesse qu’optimiser les équipements qui lui sont confiés.

Scène de la grande salle - Photo © Patrice Morel

Scène de la grande salle – Photo © Patrice Morel

En préambule

L’idée principale sur le plan acoustique consistait à isoler les volumes à forts niveaux d’émissions dans le but de protéger les espaces les plus sensibles. La construction repose sur des dalles à fortes masses, elles-mêmes posées sur terre-plein. La transmission solidienne est stoppée par coupure. Le plancher de scène repose sur une dalle flottante désolidarisée des parois et séparée de sa dalle fixe par des dispositifs anti-vibratiles. Les locaux de répétions sont répartis en trois blocs indépendants. Ils reprennent par construction le principe dit de boîte dans la boîte. Au rez-de-chaussée, le hall d’accueil est isolé naturellement de la grande salle par le biais de volumes tampon protégés par des sas acoustiques performants. Le catering, les bureaux et l’administration partagent une paroi commune avec le fond de la grande salle. Le traitement retenu ici devait être aussi efficace que celui mis en place pour protéger la membrane formée par la toiture extérieure de l’ancien cinéma. Ces surfaces se sont vues appliquer un ensemble de matériaux isolants et absorbants sur le principe plus connu de masses/ressorts/masses. Le traitement acoustique des parois retombe pratiquement jusqu’au sol et ce dans le but de limiter l’effet “piscine” salle vide. Le matériau absorbant est refermé par un ensemble de grilles perforées sans bords repliés. Aucune vibration notable n’est à déplorer aux fréquences graves même à forts niveaux de pression. Le but recherché est de protéger le revêtement acoustique en parties basses des agressions dues aux équipements mobiles et au pied des spectateurs.

 

Du même auteur

Réflecteurs
Équipement technique

Graphique et modulaire

Le Théâtre du Maillon se compose, entre autres, de deux espaces de diffusion, d’un espace de convivialité, d’une zone logistique et d’une cour de livraison.

Lire l'article

Dans la même catégorie

Réflecteurs
Équipement technique

Graphique et modulaire

Le Théâtre du Maillon se compose, entre autres, de deux espaces de diffusion, d’un espace de convivialité, d’une zone logistique et d’une cour de livraison.

Lire l'article