Sir Harold Marshall dans la maquette, au 1/10e, de Yasuhisa Toyota - Photo © François Bouchon/La Philharmonie de Paris

Sir Harold Marshall dans la maquette, au 1/10e, de Yasuhisa Toyota – Photo © François Bouchon/La Philharmonie de Paris

La Philharmonie de Paris vient enfin compléter le projet de Cité de la musique, commencé il y a vingt ans. Elle s’inscrit dans la perspective du CNSM (Conservatoire national supérieur de musique) et de la première salle de concert, conçue par Christian de Portzamparc, tant dans l’espace que dans le projet artistique de faire rayonner la musique. Par définition, la philharmonie c’est l’amour de l’harmonie, de la musique, tant par ses interprètes que par celui qu’elle veut susciter pour tout le monde. Et cet amour est de toute évidence présent chez tous les concepteurs de ce projet, à commencer par l’architecte qui l’a conçue, mais aussi, pour ce qui nous intéresse spécifiquement, par les concepteurs de son acoustique très novatrice.

Préambule

Une trappe latérale - Photo © La Philharmonie de Paris

Une trappe latérale – Photo © La Philharmonie de Paris

Tout y est pensé dans le respect des œuvres classiques et contemporaines, des musiques amplifiées, du jazz …, mais aussi du spectateur auditeur qui est littéralement plongé dans la musique, installé très confortablement dans un lieu qui émerveille les sens et appelle à la curiosité et à la découverte des sons. Jean Nouvel la définit ainsi : “La salle évocatrice des nappes immatérielles de musique et de lumière suspend des auditeurs-spectateurs dans l’espace sur de longs balcons qui offrent des sièges plus larges et plus profonds pour un confort exceptionnel. Cette suspension crée l’impression d’être entouré, immergé dans la musique et la lumière”.

Un lieu de cette nature se devait d’associer pleinement une acoustique d’une qualité exceptionnelle et l’architecture, sans prédominance de l’une ou l’autre, sous peine de produire une salle polyvalente ratée. Et c’est Sir Harold Marshall, acousticien de génie, qui est venu épauler Jean Nouvel.

Ce choc des contraires, entre une salle aux vastes dimensions et une exigence d’intimité tant visuelle que sonore, nous a guidés dès les premières esquisses.” : Harold Marshall.

Rencontre avec Geoffroy Gauthier, responsable technique et de l’acoustique, qui faisait ce jour-là ses cartons après sept années au service de cette réalisation magistrale.

L'orgue, au milieu des nuages - Photo © François Vatin

L’orgue, au milieu des nuages – Photo © François Vatin

 

Du même auteur

Dans la même catégorie

Archives de l’AS

Revue AS – N°238 Août 2021

  Sommaire En couverture Trame support destinée au plancher niveau bas – Photo © Christophe Raynaud de Lage Actualité et réalisations Actualité et réalisations• Note

Lire l'article