Vue panoramique de la salle - Photo © Agence Yvan Peytavin

Vue panoramique de la salle – Photo © Agence Yvan Peytavin

Elle fait partie des dernières nées des Maisons de la Culture. Construite (métamorphosée) après 1980, elle s’est moulée dans un ancien couvent : le couvent des Carmes. À l’entrée de la chapelle, le bâtiment remarquable est orné d’une coquille Saint-Jacques sculptée dans la pierre comme fossilisée dans un récif. Après la Révolution et avant de devenir La Coursive, le couvent est aménagé en manufacture des tabacs et en entrepôt des douanes avant d’être acheté par la Ville de la Rochelle et de muter en marché aux poissons (l’inscription est encore présente en façade). Il faudra encore une conversion en salle des sports avant d’y accueillir des spectacles. L’ensemble est démoli en 1979 et reconstruit selon les plans des architectes Boutet, Guinut, Gonfreville et Goujon, et du scénographe Igor Hilbert. En février 1982, la salle est inaugurée puis sacrée “Scène nationale” en 1990. Trente ans plus tard, c’est le cabinet d’Yvan Peytavin qui signe la réfection de la salle, du chauffage et de la verrière. Le 13 décembre dernier, après cinq mois de travaux, La Coursive a fait peau neuve.

Vue de l'entrée de la coursive - Photo © Agence Yvan Peytavin

Vue de l’entrée de la coursive – Photo © Agence Yvan Peytavin

Une valse à trois temps

Vue de la verrière du foyer - Photo © Agence Yvan Peytavin

Vue de la verrière du foyer – Photo © Agence Yvan Peytavin

Il y a peu, dans nos colonnes, se dessinaient, sous la plume de Mahtab Mazlouman (AS n°200), les perspectives de rénovation des années à venir. Les Scènes nationales, avatars des maisons de la Culture, commencent à souffrir les années. Après Annecy et Le Havre et avant Bobigny, la Communauté d’agglomération de la Rochelle s’est employée à moderniser sa principale salle de spectacle et rafraîchir son accès par la halle monumentale recouverte d’un toit de verre à bout de souffle. Le système de chauffage a, lui aussi, été entièrement repensé et mis à jour, flanquant la salle d’un système de pointe en théorie et qui s’avère en pratique (actuellement) fort peu fonctionnel et réjouissant. Valse à trois temps, c’est donc une partie seulement des équipements (le Grand théâtre, la verrière du grand hall et le système de chauffage pour être précis) qui a vu ses écorces et fondations rajeunir. La Coursive, c’est trois salles de spectacles (salle bleue, théâtre Verdière et un Grand théâtre) distribuées à partir d’un hall d’entrée baigné de lumière naturelle par une verrière. Autour du hall, sur deux étages, se répartissent les bureaux et des espaces de répétition, des loges et le foyer des artistes.

  

Du même auteur

Architecture

Namur, un Delta en majesté

Architecture et philosophie. La réhabilitation du Delta, Maison de la Culture de la Province de Namur, témoigne d’une évolution saisissante portée par la pensée du

Lire l'article

Dans la même catégorie

Archives de l’AS

Revue AS – N°238 Août 2021

  Sommaire En couverture Trame support destinée au plancher niveau bas – Photo © Christophe Raynaud de Lage Actualité et réalisations Actualité et réalisations• Note

Lire l'article