Séance d'écoute - Photo © Stéphane Ait Ouarad

Séance d’écoute – Photo © Stéphane Ait Ouarad

Invité à rencontrer Alain Français pour découvrir son installation sonore Learprint (empreinte sonore), je me retrouve dans les locaux de sa société De Préférence, située derrière l’aéroport d’Orly, dans des entrepôts tout en parpaings, pour écouter… un véritable orchestre symphonique ! Sur la grande mezzanine qui surplombe le stock de consoles son et autres matériels de sonorisation, le Requiem de Verdi débute très pianissimo. Posté à la place du chef d’orchestre, je perçois alors tous les instruments tant dans leurs timbres particuliers que dans leur spatialisation. Arrive le forte et tout l’espace vibre avec toute la puissance qui caractérise cette œuvre. Je descends au milieu des altistes, puis des cuivres et des percussions, j’entends tout pratiquement comme eux ! Et pourtant je ne gène personne, aucune fausse note due à mon intrusion car… il n’y a personne en fait ! Que des enceintes noires de toutes les tailles et de tous types, posées là comme des monolithes de l’Île de Pâques sur leurs supports blancs et profilés. Alain Français s’est amusé très sérieusement à reconstituer cet orchestre dans toute sa vérité, zone par zone, instrument par instrument, avec un réalisme qui l’étonne lui-même encore. En matière d’enregistrement et de restitution de musique acoustique, il a réussi, avec sa petite cuisine personnelle, à surpasser la stéréo, les systèmes polyphoniques, la WFS ou autres systèmes de diffusion, à restituer un orchestre classique quelque soit le point où l’on se place, que ce soit dans l’auditoire ou même au milieu des musiciens.

Séance d’écoute

Installation Learprint en 3D - Document © De Préférence

Installation Learprint en 3D – Document © De Préférence

L’écoute des différentes œuvres, diffusées à partir du Nuendo, mixées sur une console Eclipse, se fait avec une montée en puissance technologique, au fur et à mesure que le projet avance au fil des années. À commencer par le Requiem de Verdi en 24 pistes dont le procédé de sonorisation, mis au point par Alain, témoigne déjà de son inventivité, d’une créativité au service de l’œuvre : l’orchestre, disposé en demi-cercle, situé au centre de la pelouse, était sonorisé selon une forme ovale (celle du stade), avec des zones stéréo gauche/droite pour l’orchestre et haut/bas pour le chœur !

C’est cette expérience du live qui va l’amener naturellement à la conception du Learprint.

 

Du même auteur

Dans la même catégorie

Archives de l’AS

Revue AS – N°238 Août 2021

  Sommaire En couverture Trame support destinée au plancher niveau bas – Photo © Christophe Raynaud de Lage Actualité et réalisations Actualité et réalisations• Note

Lire l'article