L’économie circulaire, concept visant à favoriser le réemploi, la réutilisation, le recyclage et la réparation, était une des thématiques abordées dans le cadre d’une table ronde des JTSE (Journées techniques du spectacle et de l’événement), en novembre dernier. Dans le secteur culturel, des obstacles demeurent face à la progression de ces pratiques. Et plusieurs professionnels les affrontent bras-le-corps pour limiter autant que faire se peut le gaspillage de ressources, de matériaux et de matériels.

A12-03

Structures de décors, matériels lumière & son usagés, anciens aménagements de festivals, … Autant d’éléments qui composent aujourd’hui les poubelles du spectacle vivant. Parmi eux figurent souvent des châssis, des toiles, des bâches qui pourraient être réutilisés ou recyclés. Ou encore du matériel d’éclairage susceptible d’être réparé pour servir à une petite compagnie qui en a cruellement besoin. Mais, par manque de temps, de moyen ou de “savoir-faire”, peu sont encore revalorisés dans le cadre d’une démarche globale d’économie circulaire (mode de production visant à limiter la consommation et le gaspillage des matières premières et de l’énergie). Pourtant, le contexte commence à faire évoluer les pratiques : “l’écoconditionnalité” des subventions (principe qui conditionne l’obtention d’un financement à la mise en place d’une politique de développement durable) en est le témoignage. Le cadre réglementaire pourrait aussi prochainement évoluer ; le 26 septembre dernier, les députés ayant adopté le volet du projet de loi sur la transition énergétique, consacré à la lutte contre le gaspillage et la promotion de l’économie circulaire. Objectif du texte : augmenter la durée de vie des produits, développer le recyclage et le réemploi dans tous les secteurs économiques.

L’économie circulaire encore entravée

En réalité, dans les techniques du spectacle et la scénographie, ces pratiques existaient bien avant l’émergence des politiques de développement durable. “Il y a une vraie culture de la débrouille dans ce milieu. Donc de la récupération, de la réutilisation d’objets, de matériels, surtout par nécessité”, observe Jean-Claude Herry, consultant qui accompagne festivals, événements et lieux dans la mise en place de politiques écoresponsables. “Ce qui est nouveau depuis quelques années c’est l’intégration de ces éléments dans une démarche globale valorisable. Car les organisations sont de plus en plus tenues de prouver auprès de leurs partenaires qu’elles sont engagées dans une démarche de développement durable”, poursuit-il. Néanmoins, le développement du don et de la réutilisation de matériaux en lien avec celui des démarches “écoresponsables” pose, depuis quelques années, de nouvelles problématiques. Parmi elles, celle des droits d’auteur dans le cas de la revalorisation d’éléments de scénographie. Certaines parties des décors doivent parfois être découpées en petits morceaux pour que l’on ne puisse pas reconnaître une fresque, une toile ou une sculpture en vue de leur réutilisation. Artstock (voir AS n°194), association basée dans la région de Marseille (et nouvellement en Île-de-France), récupère décors et matériels pour ensuite les redistribuer dans la filière spectacle. Vincent Grangé, cofondateur de la structure, assure que celle-ci fait “signer un contrat de cession aux opérateurs précisant qu’Artstock s’engage à ne pas réutiliser le décor dans son ensemble”. Mais l’organisation peut-elle complètement contourner ainsi un droit qui est par définition inaliénable ? L’auteur, ne peut-il pas à tout moment revenir sur l’utilisation d’un élément ? Par ailleurs, des freins “techniques” existent encore face au développement de l’économie circulaire dans le spectacle.

La suite de cet article dans le N°199 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro

Du même auteur

Dans la même catégorie

Auditorium
Développement durable

Un Pôle, différents usages

Le Pôle, espace culturel et sportif du Pays d’Alby-sur-Chéran (Haute-Savoie), a remporté le prix national de la construction bois 2018 dans la catégorie “Apprendre-se divertir”.

Lire l'article
Développement durable

Un Pôle, différents usages

Le Pôle, espace culturel et sportif du Pays d’Alby-sur-Chéran (Haute-Savoie), a remporté le prix national de la construction bois 2018 dans la catégorie “Apprendre-se divertir”.

Lire l'article