A05-01-ext-andre_morinElle vient parfaire un paysage musical déjà solide, La Belle Électrique. Elle a été pensée avec la scène comme poumon et cinq branches servant à l’alimenter. Elle a poussé dans le quartier Berriat, sur le site Bouchayer-Viallet qui fut à la fin du XIXe siècle le théâtre de l’industrie hydroélectrique. Elle est une promesse d’ouverture pour les musiques populaires du XXIe siècle en faisant la part belle aux musiques électroniques. Elle a ouvert ses portes le samedi 10 janvier, plus belle et vivante que jamais. Entretien avec Isabel Arnod, architecte.

MixLab et ses musiques électroniquesA05-13

Il y avait des lieux et des festivals : MC2, Régie2C, Bobine, Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas, Ampérage, Café des Arts, Jazz club, Cabaret Frappé, Rocktambule, Les Détours de Babel, … Il y avait aussi La Source à Fontaine, intelligent projet adossé au Conservatoire de musique dirigé par Jean-François Braun qui a fait ses armes au Brise Glace, à Annecy. La Belle Électrique, emportée par le projet de l’association MixLab, vient donc compléter un panorama ouvert sur les musiques au sens large et plus précisément les musiques du temps présent. C’est tout au moins ce que défend son jeune directeur Frédéric Lapierre qui a œuvré à la préfiguration de La Belle Électrique. La soirée inaugurale annonce la couleur avec une programmation axée musiques électroniques.

 

La suite de cet article dans le N°199 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro

Du même auteur

Architecture

Namur, un Delta en majesté

Architecture et philosophie. La réhabilitation du Delta, Maison de la Culture de la Province de Namur, témoigne d’une évolution saisissante portée par la pensée du

Lire l'article

Dans la même catégorie

Archives de l’AS

Revue AS – N°238 Août 2021

  Sommaire En couverture Trame support destinée au plancher niveau bas – Photo © Christophe Raynaud de Lage Actualité et réalisations Actualité et réalisations• Note

Lire l'article