À l’aube d’une année lumière

On ne sait plus par où commencer. On ne sait pas si l’on doit raconter (encore) l’histoire au départ, ou simplement témoigner de l’embrasement d’une métropole qui se sculpte, chaque année, quatre jours durant, à force de lumière. Parce que tout est mêlé. Parce que tout fait sens. Depuis les premières lueurs où les âmes En savoir plus surÀ l’aube d’une année lumière[…]