Aurillac, Xe : Quand on ne compte plus, c’est qu’on aime

On a dû lui poser cette question un milliard de fois. Pourquoi Xe. Il répond sans ciller, le X était plutôt déclinable. Une année X, un peu sexuelle. Une année X, inconnue, on ne compte plus après… Et quand on ne compte plus, c’est qu’on aime. Cette Xe était la dernière pour Jean-Marie Songy. Il En savoir plus surAurillac, Xe : Quand on ne compte plus, c’est qu’on aime[…]

Aurillac, édition 69

De 32 (bis) à 69 sans détours. Une édition 69 pour : “Faire l’amour, pas la guerre !”. Dix-sept compagnies dans le In (pré) occupées par la question du corps chantant, dansant, malmené, travesti, costumé, … Bref, quelle place laissée au corps dans la création artistique… Le sujet, pas nouveau, n’est cependant jamais trop fouillé. On ne En savoir plus surAurillac, édition 69[…]

Aurillac – Trente (bis) sous le soleil

Aurillac a trente ans. Enfin, trente ans (bis) si on compte les piquets et pas les intervalles ! Trente ans que le père fondateur, feu Michel Crespin, concepteur, scénographe, metteur en scène, a fait de la ville son laboratoire de scénographie urbaine. Sa pensée : envisager la ville comme champ poétique et politique de l’interdisciplinarité. Son ambition : En savoir plus surAurillac – Trente (bis) sous le soleil[…]

Festival d’Aurillac 2015 : Jeux de rue très engageants autour des lois de la gravité

Deux spectacles nocturnes auront particulièrement retenu l’attention cette année dans la programmation officielle du Festival international de rue d’Aurillac qui a fêté son trentième anniversaire et vu sa fréquentation comme son nombre de spectacles s’accroître encore. Nous avons choisi d’évoquer ces deux expressions artistiques emblématiques du croisement des arts de la rue qui pratiquent ce En savoir plus surFestival d’Aurillac 2015 : Jeux de rue très engageants autour des lois de la gravité[…]