Angeline Croissant : La jubilation de la création

Nantaise d’origine, le parcours atypique d’Angeline Croissant qui la mena à la scénographie commence aux Beaux-Arts de Rennes, section design d’objet, et pourtant elle avait déjà choisi de faire son stage d’observation en 3edans les ateliers de construction du Grand T avec François Corbal. Pendant ses études, elle travaille comme ouvreuse au TNB, assiste aux En savoir plus surAngeline Croissant : La jubilation de la création[…]

Salle Guy Obino : Le spectacle en mode bioclimatique

La salle Guy Obino, à Vitrolles, joue à cache-cache avec le soleil du Midi, pour mieux en tirer parti. Ou s’en prémunir. Cet établissement inauguré en 2014 a fait l’objet d’une démarche “Bâtiment durable méditerranéen. La salle Guy Obino est un bâtiment chaleureux. Le bois qui habille la façade, son entrée vitrée qui s’avance vers En savoir plus surSalle Guy Obino : Le spectacle en mode bioclimatique[…]

Pierre Grosser : “Russes et Chinois ne se placent pas dans une dynamique de Guerre froide

Pierre Grosser est historien, spécialiste des relations internationales. Il revient avec nous sur le terme de “Guerre froide”, souvent utilisé par journalistes et politiques pour évoquer des périodes de tensions entre puissances. Les commentateurs des relations internationales ont facilement recours à ce terme. Pourquoi cette facilité à utiliser cette expression pour qualifier des situations très En savoir plus surPierre Grosser : “<em>Russes et Chinois ne se placent pas dans une dynamique de Guerre froide</em>”[…]

À table à l’Hôtel des Carmes

C’est un lieu charmant, rue des Carmes. En temps de festival, on y croise les amis du métier. Ça a l’allure du chic parisien, sans se prendre au sérieux. Le patron, Richard Moussié est de la vieille école. Toujours là, il accueille, prend le temps, est à son affaire. Il est revenu sur ses terres En savoir plus surÀ table à l’Hôtel des Carmes[…]

#Blanche Neige – 2048 : Revue sous principe interactif

Dans #Blanche Neige –2048, la compagnie lilloise Théâtre Diagonale crée un renvoi de captations et de projections pour faire, virtuellement, “sortir de son corps” la comédienne en scène. Et surtout, pour projeter des images exclusivement sur son corps, alors qu’elle est en train de bouger. Ces images s’intègrent dans la projection d’un déco en 3D : En savoir plus sur<em>#Blanche Neige – 2048</em> : Revue sous principe interactif[…]

L’Empreinte : SMAC version Heavy Metal

L’endroit a de quoi surprendre. Le RER D dessert une bonne quinzaine de stations depuis Paris Nord, et à trois stations du terminus qu’est Melun c’est le stop à Savigny-le-Temple Nandy. Nous avons traversé des villes périphériques, du minéral au végétal, et nous étions prévenus : Une salle, à côté de la station. C’était vrai. La En savoir plus surL’Empreinte : SMAC version Heavy Metal[…]

Comme un vent de modernité

Cette dernière phase de travaux porte sur les équipements de serrurerie. Elle palie à une situation antérieure non résolue inscrite de longue date. Les nouveaux assemblages motorisés ont été installés récemment. Ils sont équipés de dispositifs d’ancrage pouvant être repositionnés à la demande et viennent en remplacement de l’ancien dispositif fixe autoporté. Cette mutation génère En savoir plus surComme un vent de modernité[…]

Aurillac, Xe : Quand on ne compte plus, c’est qu’on aime

On a dû lui poser cette question un milliard de fois. Pourquoi Xe. Il répond sans ciller, le X était plutôt déclinable. Une année X, un peu sexuelle. Une année X, inconnue, on ne compte plus après… Et quand on ne compte plus, c’est qu’on aime. Cette Xe était la dernière pour Jean-Marie Songy. Il En savoir plus surAurillac, Xe : Quand on ne compte plus, c’est qu’on aime[…]

La Fabrique des monstres : Démesure pour mesure

Le Festival ManiFeste de l’Ircam proposait à la MC93 de Bobigny une mise en scène de Jean-François Peyret autour du mythe de Frankenstein.  Créée au Théâtre de Vidy-Lausanne en janvier 2018, la pièce s’appuie sur le texte de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne, pour développer une réflexion sur la finitude de l’homme et En savoir plus sur<em>La Fabrique des monstres</em> : Démesure pour mesure[…]

Thyeste, la violence sourde

La violence était présente en Avignon lors de ce festival. Une violence sourde, perfide et silencieuse à l’image de la pluie de cendre dans De Dingen die Voorbijgaan (Les choses qui passent), mise en scène par Ivo van Hove ou les papillons noirs qui envahissent le public dans la Cour d’Honneur lors de Thyeste. C’est En savoir plus sur<em>Thyeste</em>, la violence sourde[…]

Les choses qui passent : Lumières glaciales sur une tragédie venue du nord

Pour son passage devenu rituel en Avignon, Ivo van Hove a choisi de présenter une adaptation d’un texte de Louis Couperus, figure majeure de la littérature néerlandaise du début du XXe siècle. Le cadre est magnifique, en plein air, dans la cour du lycée Saint-Joseph, et la plongée dans la thématique n’en est que plus glaçante. Au En savoir plus sur<em>Les choses qui passent</em> : Lumières glaciales sur une tragédie venue du nord[…]

Things that pass de Ivo van Hove : Sons pour un requiem

Ce 72e Festival d’Avignon qui se veut être un acteur majeur des questions de société, accueille cette année dans la cour du Lycée Saint-Joseph le deuxième volet de la trilogie consacrée à Louis Couperus, mise en scène par le très prolifique Ivo van Hove. Après The Hidden force et avant Small souls, The Things that Pass nous donne En savoir plus sur<em>Things that pass</em> de Ivo van Hove : Sons pour un requiem[…]