Le Théâtre Marigny

Un pavillon au milieu d’un jardin, au bord des Champs-Élysées, c’est ainsi qu’on pourrait imaginer la naissance du Théâtre Marigny et sa situation actuelle. Un lieu qui rappelle les promenades, les pavillons musicaux, “le théâtre du beau temps” puisqu’il s’appelait les Bouffes d’Été. Le Théâtre Marigny a eu plusieurs vies et à chaque transformation, réhabilitation En savoir plus surLe Théâtre Marigny[…]

Un travail d’orfèvre

Le titre tient en deux mots. Il souligne la hauteur de vue des prescripteurs, des ingénieurs et des techniciens qui, de près ou de loin, ont pris part à cette aventure. Cet élan contributif aura permis de faire basculer ce lieu chargé d’histoire, dans l’ère des réseaux numériques et du pilotage informatisé. Les équipements prescrits En savoir plus surUn travail d’orfèvre[…]

Une absence très présente : Nachlass, pièces sans personnes

Nachlass en allemand signifie “laisser après”, cela veut dire l’héritage ou la trace qu’on veut laisser après la mort. Parler de la mort dans une société où il faut toujours être actif était un pari osé : un espace clos, une écoute, un temps de réflexion sur notre histoire, celle de quelqu’un qu’on a perdu, de quelqu’un En savoir plus surUne absence très présente : <em>Nachlass, pièces sans personnes</em>[…]

Lever de rideau sur La Scala

Une nouvelle salle de théâtre dans Paris ? Alors que la capitale possède plus de 400 salles ? Oui, mais nous nous réjouissons toujours quand un nouveau théâtre ouvre ses portes et qu’un lieu est réhabilité et aménagé en espace culturel plutôt qu’en commerce ou fast food. Sur le boulevard de Strasbourg, La Scala a eu plusieurs En savoir plus surLever de rideau sur La Scala[…]

La Scala : Studio-théâtre ultra techno

Arriver à faire tenir autant de choses dans une parcelle aussi étriquée relève du miracle. Le moindre recoin, le plus petit interstice ont dû être mis à contribution. Une maîtrise d’ouvrage qui, au prix de lourds investissements, n’hésite pas à apporter sa part contributive à l’exploitation de produits à haute valeur ajoutée. Chaque soir, le En savoir plus surLa Scala : Studio-théâtre ultra techno[…]

Les Démons : Tout part du plateau

Un roman fleuve de Fiodor Dostoïevski de 1 200 pages qui nous plonge dans l’histoire politique et intellectuelle de la Russie du XIXe, un spectacle de 4 h 30 aux Ateliers Berthier qui nous propose une lecture contemporaine soulevant de nombreuses interrogations, c’est le pari audacieux de Sylvain Creuzevault et de sa troupe. Les Démons (librement En savoir plus sur<em>Les Démons</em> : Tout part du plateau[…]

Julien Gosselin : Un réalisateur de théâtre

Hors norme par sa durée, son dernier spectacle Joueurs, Mao II, Les Noms l’est aussi par sa forme. Créée en Avignon en 2018, cette adaptation de trois romans de Don DeLillo propose 10 h d’un objet à la croisée des formes, entre théâtre et cinéma, pour une expérience envoûtante. Des lumières cinématographiques La partition de Nicolas En savoir plus surJulien Gosselin : Un réalisateur de théâtre[…]

Théâtre ou cinéma ?

Après 2666, Julien Gosselin continue dans une forme d’expression théâtrale hybride, sorte d’OGM artistique, où l’image filmée joue à part égale avec le théâtre. Ce n’est pas du théâtre filmé, mais du cinéma tourné en live, où le plateau nous offre le loisir d’observer le hors-champ habituellement muselé par le cadre. Du cinéma augmenté donc. En savoir plus surThéâtre ou cinéma ?[…]

La Fabrique des monstres : Démesure pour mesure

Le Festival ManiFeste de l’Ircam proposait à la MC93 de Bobigny une mise en scène de Jean-François Peyret autour du mythe de Frankenstein.  Créée au Théâtre de Vidy-Lausanne en janvier 2018, la pièce s’appuie sur le texte de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne, pour développer une réflexion sur la finitude de l’homme et En savoir plus sur<em>La Fabrique des monstres</em> : Démesure pour mesure[…]

Thyeste, la violence sourde

La violence était présente en Avignon lors de ce festival. Une violence sourde, perfide et silencieuse à l’image de la pluie de cendre dans De Dingen die Voorbijgaan (Les choses qui passent), mise en scène par Ivo van Hove ou les papillons noirs qui envahissent le public dans la Cour d’Honneur lors de Thyeste. C’est En savoir plus sur<em>Thyeste</em>, la violence sourde[…]

Les choses qui passent : Lumières glaciales sur une tragédie venue du nord

Pour son passage devenu rituel en Avignon, Ivo van Hove a choisi de présenter une adaptation d’un texte de Louis Couperus, figure majeure de la littérature néerlandaise du début du XXe siècle. Le cadre est magnifique, en plein air, dans la cour du lycée Saint-Joseph, et la plongée dans la thématique n’en est que plus glaçante. Au En savoir plus sur<em>Les choses qui passent</em> : Lumières glaciales sur une tragédie venue du nord[…]

Things that pass de Ivo van Hove : Sons pour un requiem

Ce 72e Festival d’Avignon qui se veut être un acteur majeur des questions de société, accueille cette année dans la cour du Lycée Saint-Joseph le deuxième volet de la trilogie consacrée à Louis Couperus, mise en scène par le très prolifique Ivo van Hove. Après The Hidden force et avant Small souls, Things that pass nous donne l’occasion En savoir plus sur<em>Things that pass</em> de Ivo van Hove : Sons pour un requiem[…]