Folia

Folia : L’énergie des rencontres

Enthousiaste, dans sa définition première qui veut dire le “transport divin” ou “inspiré par les dieux”, voici le sentiment que nous procure le spectacle Folia chorégraphié par Mourad Merzouki, où l’harmonie visuelle et l’énergie grandissante des danseurs, chanteurs et musiciens sur scène nous entraînent dans un tourbillon jusqu’au vertige. Les tableaux s’enchaînent et le rythme En savoir plus sur<em>Folia</em> : L’énergie des rencontres[…]

Les Justes au Théâtre du Châtelet - Photo © Julien Mignot

Les Justes au Théâtre du Châtelet : un huis-clos dans le monde

“Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse.” C’est ainsi qu’Albert Camus s’est exprimé lors de la remise de son prix Nobel en 1957. Nous espérions trouver En savoir plus sur<em>Les Justes</em> au Théâtre du Châtelet : un huis-clos dans le monde[…]

Suspendre la voûte céleste – une maison de Christian Rizzo : un geste inédit

Christian Rizzo, plasticien et chorégraphe, directeur du CCN de Montpellier, signe, avec la scénographe et éclairagiste Caty Olive, une sculpture lumineuse qui surplombe le plateau dans une maison, pièce de danse à la chorégraphie double car en renvoi permanent entre les danseurs au sol et la coupole animée, suspendue au-dessus du plateau. Christian Rizzo est En savoir plus surSuspendre la voûte céleste – <em>une maison</em> de Christian Rizzo : un geste inédit[…]

JR de FC Bergman : Un chaos si bien organisé

L’espace de La Grande Halle de La Villette est propice à des spectacles inhabituels ou hors normes. Effectivement, où pouvait-on implanter une tour de quatre étages dans une configuration quadri-frontale pour la dernière création de la compagnie flamande FC Bergman ? Cette dernière cultive un langage théâtral personnel où la scénographie, souvent ambitieuse, en fait partie intégrante. En savoir plus sur<em>JR</em> de FC Bergman : Un chaos si bien organisé[…]

Arctique : Ce qui est vu et ce qui est montré

Après Tristesses qui se déroulait dans un village confronté à la montée de l’extrême droite, Anne-Cécile Vandalem aborde dans la pièce Arctique le réchauffement climatique et ses conséquences au Groenland. La pièce est un huit-clos qui se déroule comme un thriller politique et géopolitique. Dans une scénographie à multiples facettes qui oscille entre abstraction et le besoin du En savoir plus sur<em>Arctique</em> : Ce qui est vu et ce qui est montré[…]

Les araignées architectes : Tomás Saraceno au Palais de Tokyo

ON AIR, l’exposition arachnéo-galactique du plasticien argentin installé à Berlin, a confirmé l’ascension d’un artiste travaillant à l’intersection de l’installation, des arts plastiques, de l’architecture, des sciences sociales et spatiales, de l’écologie et bien sûr, de la biologie. Car l’œuvre de Saraceno – du moins son volet architectural et sonore – découle du travail de bâtisseur des En savoir plus surLes araignées architectes : Tomás Saraceno au Palais de Tokyo[…]

Orphée et Eurydice : La mise en abyme du regard

Orphée de Monteverdi annonçait la naissance de l’opéra et le développement du théâtre à l’italienne. Orphée et Eurydice de Gluck, en pleine réforme musicale, fait entrer l’opéra dans la modernité et a été une inspiration pour les créations scéniques. Appia a imaginé une de ses plus belles scénographies, Pina Bausch en fit une chorégraphie bouleversante. Orphée et En savoir plus sur<em>Orphée et Eurydice</em> : La mise en abyme du regard[…]

Une absence très présente : Nachlass, pièces sans personnes

Nachlass en allemand signifie “laisser après”, cela veut dire l’héritage ou la trace qu’on veut laisser après la mort. Parler de la mort dans une société où il faut toujours être actif était un pari osé : un espace clos, une écoute, un temps de réflexion sur notre histoire, celle de quelqu’un qu’on a perdu, de quelqu’un En savoir plus surUne absence très présente : <em>Nachlass, pièces sans personnes</em>[…]

, dernière grâce des Baro d’Evel

Là surgit d’un blanc immaculé. Un jardin d’eden. Un lieu et un temps qui auraient pu être avant le commencement du monde ou bien après la fin du monde. Là est la première partie d’un diptyque. Un diptyque en noir et blanc. Là commence. Falaise suivra. Avec Là, Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias, seuls en scène avec leur roi En savoir plus sur<em>Là</em>, dernière grâce des Baro d’Evel[…]

La part des anges

Cognac, fin des années 20’, la tour Gâtebourse, inspirée des lignes du Bauhaus, redessine singulièrement le paysage. Là où l’on embouteillait les cognacs Martell, une fondation vient de naître au nom de l’illustre maison tricentenaire. La tour fait peau neuve et dans son ventre de baleine (880 m2 au rez-de-chaussée) s’est échouée la dernière fantaisie d’Adrien En savoir plus surLa part des anges[…]

Les Démons : Tout part du plateau

Un roman fleuve de Fiodor Dostoïevski de 1 200 pages qui nous plonge dans l’histoire politique et intellectuelle de la Russie du XIXe, un spectacle de 4 h 30 aux Ateliers Berthier qui nous propose une lecture contemporaine soulevant de nombreuses interrogations, c’est le pari audacieux de Sylvain Creuzevault et de sa troupe. Les Démons (librement En savoir plus sur<em>Les Démons</em> : Tout part du plateau[…]

Thyeste, la violence sourde

La violence était présente en Avignon lors de ce festival. Une violence sourde, perfide et silencieuse à l’image de la pluie de cendre dans De Dingen die Voorbijgaan (Les choses qui passent), mise en scène par Ivo van Hove ou les papillons noirs qui envahissent le public dans la Cour d’Honneur lors de Thyeste. C’est En savoir plus sur<em>Thyeste</em>, la violence sourde[…]