Le Cirque de Paname : L’arche fait son show

L’idée de mettre en scène et de produire Le Monde de Jalèya est le fruit d’une longue complicité entre Ludovic Marcato et Thibert Abid. La suite se résume en trois actes : traduire l’imaginaire au travers d’une scénographie bien réelle, déterminer l’espace en cohérence avec l’œuvre et construire la structure de couverture capable d’accueillir l’ensemble des équipements.

Visite en compagnie de Thomas Strebler, chargé de production

Le déclic aura lieu finalement au terme des trois années précédentes, lorsque les différents protagonistes sont amenés à participer, selon leurs compétences, à la livraison de nouvelles installations au sein du Parc Disneyland Paris. Ils rencontreront l’architecte scénographe Perrine Attinger et le fabricant de structures CTS Patrick Nivet en les associant à leurs projets en cours.

maquette

Maquette générale – Document © CDP Entertainment

Principe scénographique

La difficulté tient au fait d’arriver à trouver la juste mesure entre jauge, rentabilité, confort et visibilité. Avec une scénographie en immersion à 180°, la production a choisi une répartition du public face à un espace scénique en forme de goutte d’eau sans cadre de scène, dont le proscenium de 8 m de diamètre s’avance en salle sur près de 14 m.

Les acrobaties impliquent la prise en compte de contraintes supplémentaires avec la garantie qu’aucun obstacle ne puisse être à l’origine de blessures.

L’équation retenue fut la suivante : une couverture sans mât supportant un gril technique surplombant à plus de 14 m une scène immersive face à 2 500 spectateurs répartis sur 180°, le tout sous une couverture capable de supporter trente-sept tonnes réparties sur trois arches.

Structures couvertes

Dans l’esprit de Thibert Abid, quand l’idéal n’existe pas il faut le construire. L’entreprise de charpentes métalliques BCI est un des sous-traitants du groupe Losberger. Ces deux entités sont régulièrement sollicitées dans la fourniture de produits et de services pour le déploiement de l’armée et dans le sauvetage d’urgence. Elles sont amenées à produire des tentes et des halls avec des structures métalliques de différentes tailles,capables de protéger tous types d’engins dans les conditions les plus extrêmes. La société CBI a été l’unique partenaire de CDP Entertainment dans le cadre du montage et de la livraison de ces deux sous-ensembles.

La structure de 56 m d’ouverture a été déterminée spécifiquement pour abriter Le Monde de Jalèya. Le BET Depoux Structure rédigea une note de calcul prenant en compte les indications suivantes : une portée de 56 m pour une hauteur de 22 m conçues à partir d’arches capables de supporter une CMU unitaire de quinze tonnes réparties. Le Pré-show de 43 m d’ouverture, déjà existant, avait été produit à l’origine pour abriter un Airbus A320 présidentiel.

Les arches principales de section tridimensionnelle, soudées à partir de tubes en acier de 168,30 mm en partie haute et de 139,70 mm pour la partie basse, ont été dimensionnées en fonction des contraintes et de la portée. La compression en fonction de la section est de 40 T pour les arches de 43 m (section de 2 m) et de 70 T pour les arches de 56 m (section de 2,50 m).

La plus grande difficulté tenait dans la reprise des descentes de charges au niveau des semelles en acier de 3 m x 1,60 m sur 8 cm d’épaisseur.

La société Techno Pieux France fut en charge de l’étude et de la pose des ancrages en sous-sol. La technique retenue consistait en l’emploi d’une machine auto-débrayable qui insère des pieux à vis jusqu’à atteindre les couches calcaires les plus denses. Dès que le couple de référence est atteint, le pieu est coupé à hauteur afin de reprendre la semelle de l’arche.

Le montage s’effectue à suivre par le levage des arches une à une, reliées au fur et à mesure par les pannes intermédiaires tridimensionnelles comblées entre par des pannes simples. La panne faitière de la grande salle est stabilisée par un contrefort situé à l’arrière du bâtiment, section plus particulièrement sollicitée par la poussée du vent et par la présence du gril de scène. Les sections latérales de la structure ont été contreventées avec des câbles acier. La dernière étape consiste à la pose des toiles lacées.

Coordination technique

Perrine Attinger a orchestré la préconisation des espaces publics et des éléments de construction en partie basse. Ivan Dazin, à l’époque directeur technique, s’est plus particulièrement concentré sur la définition des systèmes en partie haute. La première phase de travail consistait à gérer la coactivité entre BCI pour la structure principale et FL Structure pour les grils et les échafaudages.

Le dessin en goutte d’eau est un mixte entre un espace scénique frontal et une scène centrale. La conception de la tribune en demi-sphère reprend les codes du cirque où les places les moins bien situées bénéficient d’une vision complète sur l’ensemble des numéros proposés.

La tribune est une structure démontable à laquelle ont été ajoutées les options de confort suivantes :

– Montage sur résiliant acoustique (atténuation de l’effet gradin claquette) ;

– Emmarchement élargi (amélioration du confort pour les jambes) ;

– Coques avec housses de protection noires (confort des assises et des dossiers).

L’élément principal du décor est une construction statique avec un facettage en médium posé sur une structure d’échafaudage. À cela viennent s’ajouter : la tournette centrale équipée d’un tapis roulant, les praticables mobiles autonomes à guidage magnétique par le sol, la licorne ainsi que de nombreux accessoires dont les lanternes lumineuses autonomes à commande DMX sans fil.

Perrine Attinger déclare : “Graphiquement, la scène devait rester prégnante dans l’espace sans pour autant limiter l’amplitude des évolutions acrobatiques. La configuration a dû être modélisée plusieurs fois avant d’être définitivement arrêtée. L’apport du travail en 3D sur SketchUp m’a permis rapidement d’évaluer les conflits. Mais je reste très attachée au travail sur AutoCad pour les travaux d’exécution qui nécessitent une très grande précision”.

L’ensemble des échafaudages (scène, tour d’accès, régies, …), bacs de rétention, structures (gril principal, secondaires, Pré-show, …) et les systèmes de machinerie de scène (palan de la montgolfière, tournette centrale, tapis roulant, praticables autonomes guidés) ont été fournis et mis en œuvre par la société FL Structure.

 

La suite de cet article dans le N°230 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro