Un travail d’orfèvre

Poste de régie lumière en salle – Photo © Patrice Morel

Le titre tient en deux mots. Il souligne la hauteur de vue des prescripteurs, des ingénieurs et des techniciens qui, de près ou de loin, ont pris part à cette aventure. Cet élan contributif aura permis de faire basculer ce lieu chargé d’histoire, dans l’ère des réseaux numériques et du pilotage informatisé. Les équipements prescrits de conception évolutive lui confèrent une marge de manœuvre non négligeable.

 Curage et purge globale

La cabine de projection implantée dans les années 60’ occupait le segment frontal du 2ebalcon. Les postes de régie au rendu acoustique très terne souffraient du manque de visibilité. Pour le reste, et nous nous limiterons ici à la grande salle, un certain nombre d’interventions liées aux obligations de mise en sécurité et à la prise en compte de la pénibilité au travail impliquait des interventions scénographiques de grandes ampleurs.

Outre le bilan structurel de l’existant développé dans l’article précédent, un certain nombre de marqueurs ne laissait aucun doute quant à l’état d’usure et de délabrement de certains équipements. Sans entrer dans une description analytique, les équipements en place, loin d’être désuets, ne correspondaient plus aux exigences de mise en scène des productions contemporaines. Ces quelques éléments permettront d’éclaircir la situation qui précéda la fermeture :

– Un plateau de petite dimension de forme trapézoïdale ;

– Une largeur de mur à mur réduite, des dégagements encombrés presque inexistants ;

– Un gril unique à platelage en bois positionné au plus haut contraint par un profil de couverture conventionnelle ;

– Un espace encombré par les tirants des fermes de type Polonceau, les fils d’équipes et les poulies qui entravaient la circulation ;

– 53 porteuses manuelles contrebalancées également réparties à cour et jardin ;

– 2 services dont un 1er se rejoignant par le lointain ;

– 4 ponts de singe transversaux ;

– 1 rideau de fer avec contrepoids et motorisation empiétant au jardin ;

– 1 plateau tournant occupant la pleine largeur de jeu ;

– 1 tampon d’accès technique hors normes.

Le nouveau dispositif scénique

– Entrée décor et dessous de scène

L’entrée décor et le tampon de service sont régulièrement encombrés par les productions. De part leur implantation en fond de scène, ces emplacements sont difficilement accessibles en dehors des phases de montage et de démontage. La plate-forme mobile dessert les niveaux scène, entrée décor livraison, dessous intermédiaire et dessous bas. L’équipement existant a été remis en conformité.

Auparavant, les espaces de stockage étaient implantés aux sous-sols. La création des espaces traiteur et des cuisines du restaurant est venue amputer plus de 50 % de la surface. Dorénavant, les dessous de scène sont les seuls espaces de déconcentration et de stockage disponibles.

– Plancher, tournette et fosse d’orchestre

La suppression des cheminées et des nappes de guidage conduisit à l’augmentation significative des dégagements latéraux.

La réfection du plancher consistait à conserver la structure existante. Après retrait de la première peau et mise en place d’une sous-couche de résiliant acoustique, l’entreprise de menuiserie Europexpo a réalisé la pose d’un ensemble de panneaux rainurés grands formats, de 1 m x 5 m en 3 plis, en mélèze. Vinrent ensuite les découpes du plateau tournant et du tampon de service du lointain. Jean-Luc Choplin souhaitait conserver la teinte noble du mélèze. L’entreprise Alésia peinture réalisa, à sa demande, la finition au vernis incolore.

L’utilisateur souhaitait voir la tournette intégrée au logiciel de machinerie CAT V5 de Waagner Biro Stage Systems. L’objet, qui devait se comporter à la manière d’une équipe motorisée à vitesse fixe, a dû être équipé d’une nouvelle motorisation et d’un codeur incrémental. Un capteur absolu supplémentaire, qui lui ne nécessite aucune référence en cas de coupure de courant, a dû être ajouté sur l’axe principal.

La fosse d’orchestre de capacité réduite convient aux petites formations. Les volutes des contrebasses ne tiennent pas sous l’auvent. Les caractéristiques dimensionnelles de l’évent réduisent fortement la capacité du dispositif à porter le son en salle.

Le comblement de la fosse nécessite la mise en place d’une structure existante. Cette manipulation offre deux configurations supplémentaires : extension de scène et extension de salle. Cette dernière autorise la mise en place de 16 assises supplémentaires avec un accroissement global de la proximité. Le rideau de variabilité acoustique installé en fond de fosse atténue efficacement le niveau sonore lors des séances de répétitions.

 

La suite de cet article dans le N°224 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro