Le Théâtre Marigny

Square Marigny, entrée du restaurant – Photo © Sergio Grazia

Un pavillon au milieu d’un jardin, au bord des Champs-Élysées, c’est ainsi qu’on pourrait imaginer la naissance du Théâtre Marigny et sa situation actuelle. Un lieu qui rappelle les promenades, les pavillons musicaux, “le théâtre du beau temps” puisqu’il s’appelait les Bouffes d’Été. Le Théâtre Marigny a eu plusieurs vies et à chaque transformation, réhabilitation ou rénovation, le lieu a acquis une nouvelle identité.

Comme la plupart des rénovations importantes qui commencent par une demande de mise aux normes de la sécurité et de l’accessibilité, la réhabilitation a pris une grande ampleur et a nécessité d’importants travaux structurels, esthétiques et scénographiques.

Transformations & quête d’identité

L’histoire du Théâtre Marigny est liée à la naissance des jardins des Champs-Élysées. Construit en 1852 pour Henri Lacaze, physicien-magicien, il évolue en 1855 avec l’arrivée de Jacques Offenbach et sera baptisé Bouffes Parisiens. Ce n’est qu’en 1880 que Charles Garnier transforma le lieu en lui donnant l’architecture circulaire actuelle de forme dodécagonale. Le Théâtre change de nom pour Panorama Marigny. En 1896, il redevient un théâtre rotonde, conçu par Édouard-Jean Niermans. Le grand espace rond de la salle du Panorama est coupé en deux par un mur séparant le plateau de la salle. Ce mur vient brider les tirants des fermes Polonceau constituant la charpente de couverture. La salle est réaménagée en 1923 par A. Bluysen. En 1925, une rénovation complète du Théâtre, par Alvaro de Grimaldi et A. Ulmer, l’agrandit et le modernise avec une extension annulaire sur deux étages et une modification des façades. Une nouvelle coupole plus basse que l’ancienne est alors installée pour améliorer l’acoustique de la salle. Cette grande coupole en staff qui la couronne est suspendue aux fermes de la couverture en position décentrée. C’est à cause de ces deux dernières transformations que le comportement mécanique des structures a été détérioré et a conduit à sa fermeture en 2013. À partir de 1946, le Théâtre Marigny vit une période glorieuse puisqu’il devient le théâtre phare des années d’après-guerre avec la Compagnie Renaud-Barrault. En 1954, le foyer se transforme en petite salle de concert qui deviendra une salle de cinéma en 1966. En 1979, à nouveau, des ravalements et travaux de réaménagement intérieur ont lieu et la salle de cinéma devient un théâtre de 300 places. Le Théâtre Marigny est alors le lieu de tournage de la fameuse émission de télévision Au Théâtre ce soir.

En 1990, la grande salle est inscrite au titre des Monuments Historiques. En 2000, la société Artemis (Financière Pinault, actionnaire majoritaire du groupement) prend les rênes du Théâtre Marigny. Robert Hossein devient directeur jusqu’en 2008, suivi par Pierre Lescure. Le Théâtre profite de quelques travaux de décoration en 2000 par J. Grange.

La nouvelle vie du Théâtre

En 2010, un appel d’offres est lancé par la Ville de Paris pour un BEA public/privé (bail emphytéotique administratif), une concession de travaux publics pour le Théâtre Marigny. Le groupement conjoint composé par Vinci concession et Artémis est choisi. La maîtrise d’œuvre est confiée à Clé Millet International, architecte mandataire et scénographe. Wilmotte & Associés sera chargé de l’aménagement des foyers et GRAF Paris de celui du restaurant dont Jean-Louis Costes, partenaire sur l’opération depuis la phase de l’appel d’offres, est chargé de son aménagement et de son exploitation.

La phase d’études pour les travaux est lancée en 2012 mais nécessite l’aval de la Commission des Sites et la consultation d’un architecte des Bâtiments de France. Le programme de Marigny va beaucoup évoluer. En 2013, le permis de construire est obtenu mais il n’était encore question que d’une rénovation partielle avec un faible budget après les premiers audits techniques. Suite à la découverte des désordres structurels dans la charpente, le projet prend un nouveau tournant. L’intervention sur la charpente a été chiffrée à 1 M €. La Ville de Paris demande une contre-expertise retardant alors le lancement des travaux de deux ans. Le Théâtre ferme en juillet 2013 suite à un arrêté de péril en 2014, puis c’est le départ du personnel. Restent au théâtre uniquement le directeur et le gardien. Finalement, le nouveau devis s’élève à 3 M € ! Pendant ce temps, l’état du Théâtre se dégrade et le budget des travaux passe de 7 M à 20 M €. Les études et la recherche de financement commencent en parallèle au désamiantage et au dépoussiérage des combles. Fimalac Entertainment (holdingde Marc Ladreit de Lacharrière) remplace Vinci début 2015. Les travaux de rénovation et d’extension démarrent en septembre 2016 et la réouverture a lieu en novembre 2018. Jean-Luc Choplin prend la direction du Théâtre Marigny. Fimalac Entertainment, propriétaire de la plupart des théâtres privés parisiens, détient aujourd’hui 100 % des parts.

 

La suite de cet article dans le N°224 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro