Agora + Auditorium : Dispositifs modulaires à forte valeur ajoutée

Régie ouverte sur la salle (Auditorium) – Photo © Patrice Morel

Cette réalisation est un compromis en trompe-l’œil. On passe d’un lieu à un autre avec une facilité déconcertante. L’équipement dans sa globalité offre des conditions d’exécution du travail exemplaires. Sur le plan strictement scénographique, le résultat en termes d’usage tient en trois mots : efficacité, simplicité, modularité.

Le hall principal se présente sous la forme d’un grand déambulatoire. Il distribue en enfilade différents secteurs qui regroupent de nombreuses fonctionnalités. Les 2 espaces de diffusion sont orientés à 90° sur leurs axes respectifs. L’aile ouest intègre en RDC le comptoir accueil, le vestiaire, la billetterie et les espaces réservés aux séminaires répartis sur 2 niveaux. L’espace Agora situé au centre de la construction est un équipement modulable. Il est plus particulièrement destiné à la diffusion de spectacles musicaux assis debout, aux accueils de séminaires, conférences et banquets de grandes capacités. L’arrière-scène, établi sur 3 niveaux, assure la jonction entre l’Agora et l’Auditorium. Outre ses capacités en termes d’isolement acoustique, cette tranche mutualise un grand nombre de servitudes avec entre autres :

– Les offices et les cuisines adaptés aux produits frais réalisés sur place, l’ensemble des dessertes communes aux 2 espaces scéniques (RDC) ;

– Les 3 cabines de traduction simultanée, le TGBT scénique, le local des gradateurs, le local son (entresol côté Auditorium) ;

– Les loges, le foyer artiste, le catering(niveau R+1) ;

– L’atelier et les bureaux des techniciens, les accès aux passerelles (R+2) ;

– Les groupes froids, le chauffage et la climatisation (en terrasse extérieure).

Les 2 espaces scéniques sont communicants sur 3 niveaux (aire de livraison, foyer artiste, atelier). La construction se termine à l’est par l’Auditorium. Ce secteur, situé à l’autre extrémité, se destine plus particulièrement aux congrès, aux représentations théâtrales, aux mises en espace et à la diffusion de spectacles musicaux amplifiés ou non.

Dispositions communes

– Principe acoustique d’ensemble

Nicolas Albaric de l’Atelier Rouch n’en n’est pas à son premier coup d’essai. Il tient à rappeler en quelques mots les principes constitutifs de sa notice acoustique : “Les mesure d’isolement tiennent à la fois à l’établissement de coupures structurelles et à des mesures propres à éloigner les différents volumes d’émission les uns des autres. La parcelle se situe dans un environnement très calme où subsistent quelques habitations en proximité de la voirie. L’Auditorium conjugue sur ce point 2 avantages : aucune ouverture sur l’extérieur et très certainement l’un des espaces où les séances se jouent avec un niveau de pression des plus modérés. En revanche, l’Agora conjugue ces 2 difficultés avec ses larges baies vitrées ouvrantes sur l’extérieur et l’exploitation de spectacles avec un fort niveau de pression.”

– Postes de régie

Dans les 2 cas, ces emplacements disposent d’accès directs salle. Ces vastes régies ouvertes sur la salle peuvent être compartimentées à l’aide de cloisons mobiles. Les parois se glissent manuellement. Une fois en place, les panneaux se verrouillent électriquement aux emplacements respectifs. Un oculus de 1,10 m x 0,35 cm, aménagé dans la cloison centrale, autorise entres autres l’usage de projecteurs vidéo 4 K Laser de forte puissance qui, une fois installés à ces emplacements, n’occasionneront plus aucune nuisance sonore. En revanche, la paroi une fois refermée affecte directement les postes de régie son et lumière qui malgré tout conviennent aux séances de travail en séminaires. L’Agora offre plus de souplesse sur ce point avec la possibilité d’installer des postes de régie mobile au sol à l’avant de la tribune. Un caniveau central facilite le passage des câbles en direction des locaux techniques installés en périphérie de la régie fixe (nodal audiovisuel, baie d’amplification, baie des gradateurs). Une trémie verticale située dans la paroi du garage de la tribune permet d’effectuer la remontée des câbles depuis les postes de régies installés au sol.

– Circulations et dégagements

L’accès logistique se pratique depuis la façade nord. L’entrée du parking est sécurisée par portail motorisé dont le contrôle d’accès est commandé par digicode et visiophone relié directement au PC sécurité. L’aire de stationnement propose une trentaine d’emplacements essentiellement destinés aux véhicules du personnel, aux traiteurs et aux prestataires en tout genre. Des espaces adaptés sont dédiés plus particulièrement aux véhicules lourds et aux cars de tournée.

L’aire de livraison extérieure située au niveau du quai de déchargement est en partie couverte. Elle dessert dans la continuité une aire de service chauffée d’environ 54 m2. Cet espace offre 2 choix directionnels : à gauche d’une part avec le local de stockage commun des décors de 55 msuivi en enfilade du sas d’accès à la scène de l’Auditorium, et sur la droite d’autre part un axe en liaison directe avec l’espace scénique de l’Agora protégé par un sas de communication. La logique des dessertes autorise l’exploitation des locaux de stockage et du quai de déchargement sans répercussion aucune sur les espaces scéniques (lumières parasites, nuisances sonores, contraintes thermiques).

– Équipements scénotechniques

Le pilotage des axes est effectué à partir des 2 pupitres de régie mobile équipés de tablettes Samsung sans fil. Les régisseurs peuvent à tout moment reprendre la main au niveau des armoires de commande situées en passerelle à l’Agora et au gril à l’Auditorium.

Les 2 espaces scéniques sont dotés d’un rideau d’avant-scène rouge installé sur une patience motorisée à vitesse variable et d’un rideau de fond de scène installé sur une patience manuelle.

Les préconisations en termes d’investissements, comme par exemple les pupitres de mixage et de lumière, les interfaces réseaux, ont été volontairement harmonisées et standardisées afin qu’un ou une technicien(ne) puisse, sans autre formalité, passer rapidement d’un poste à un autre.

 

La suite de cet article dans le N°223 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro