La Scala : Studio-théâtre ultra techno

Gril technique et passerelles – Photo © Patrice Morel

Arriver à faire tenir autant de choses dans une parcelle aussi étriquée relève du miracle. Le moindre recoin, le plus petit interstice ont dû être mis à contribution. Une maîtrise d’ouvrage qui, au prix de lourds investissements, n’hésite pas à apporter sa part contributive à l’exploitation de produits à haute valeur ajoutée. Chaque soir, le processeur de son spatial Amadeus Holophonix et ses 127 lignes de haut-parleurs indépendantes plongent le public dans une atmosphère totalement immersive.

Dispositif électroacoustique

– Illustration sonore immersive

Le compositeur Philippe Manoury est à l’origine du processus de réflexion qui a permis de déterminer l’identité sonore de La Scala. Le postulat de départ visait à plonger l’assistance dans une atmosphère immersive permanente. Avant de pouvoir  traduire la théorie en pratique, un certain nombre de conditions devait être rempli dans sa globalité. Le projet n’aurait jamais pu aboutir sans une complicité accrue entre le compositeur Philippe Manoury, l’acousticien Christian Malcurt et le responsable marketing des systèmes de diffusion sonore Amadeus Gaëtan Bik. Philippe Manoury souhaitait diffuser de la matière produite en temps réel à partir de puissants algorithmes. Pour prendre forme, cette réalité virtuelle nécessitait l’élaboration d’un cœur numérique puissant jouant sur différents facteurs de probabilité. Ce dernier se devait d’être couplé à une banque numérique alimentée en temps réel par de nombreux capteurs. Toutes les sources disponibles devaient être mises à contribution – de la bande sonore du spectacle en cours au brouhaha des espaces intérieurs en passant par la vie de quartier captée depuis le boulevard de Strasbourg – l’ensemble générant en quelque sorte la signature sonore de l’établissement. Ainsi le public passe d’une atmosphère immersive à l’autre avec le son du spectacle comme prolongement. Des simulations doivent encore être réalisées avant de mettre le système à disposition du public dès le printemps prochain.

– Outil créatif à part entière

Les 127 enceintes de diffusion implantées en salle constituent la base du dispositif avec pour principe fondateur l’équation suivante : une enceinte Amadeus pour un canal de DSP, un canal de DSP pour un canal d’amplificateur Powersoft. Deux composantes importantes manquaient à l’appel : un processeur de son spatial dont la matrice serait apte à gérer simultanément 127 sorties numériques (Amadeus Holophonix) et un bureau d’études en capacité de préconiser une architecture adéquate (Patrice Buniazet du BET Astell).

La direction souhaitait proposer un outil à la fois créatif et évolutif. L’objectif visé in fine tient au fait d’amener subtilement les productions à repenser la manière dont ils conçoivent le son d’un spectacle. La Scala accompagne les régisseurs de tournée dans ce sens. En quelques clics suivis de nouvelles affectations, le dispositif permet de profiter rapidement des capacités immersives disponibles. Ainsi un ponctuel dissimulé dans un décor ne devra plus être pensé sous une forme unidirectionnelle. Il pourra être facilement replacé dans la chaîne de traitement et diffusé en 3D. Les productions qui sont ancrées dans cette démarche initiale trouvent ici un terrain de jeu idéal. Les régisseurs et les artistes exploitent, fouillent, transgressent les capacités créatives offertes par de tels dispositifs.

 

La suite de cet article dans le N°223 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro