Yann Nguema : Le cabinet de curiosités 2.0

Lux-Animæ – Photo © Studio Pierre 2 Lune

Trop souvent verrouillé dans la chambre noire d’une musique inqualifiable et inclassable, Ez3kiel a su, en l’espace de vingt-cinq ans, lever le voile sur les gravitations stylistiques attribuées à l’aveugle entre électro, dub, rock, voire classique et symphonique.” C’est ainsi que se définissent ces artistes inclassables. À leur tête, un garçon résolu à la personnalité hors du commun, à la fantaisie réjouissante, précis comme un orfèvre, redoutablement inspiré, façonné à la passion de cette activité qu’il pratique depuis toujours. Un inclassable, Yann Nguema ? Assurément. Un énorme bosseur doublé d’un poète inspiré. Un homme tout à son art. Un être rare.

Contre-courant vs contre-culture ?

Il pourrait, en apparence, avoir tout du rebelle, de l’artiste post-punk, de l’enragé de l’underground, voire même, pourquoi pas du néo-hippie ! Rien de tout ça. Yann Nguema est à contre-courant, imprégné d’art, de contre-culture, nourri au cinéma d’où il tire le nom d’Ez3kiel en référence à Samuel L Jackson dans Pulp Fiction. C’est un clin d’œil, chaque fois qu’il exécute une personne, il récite les versets d’Ezekiel, c’est un film culte.” Ça on l’avait déjà dit, tant il est vrai que nous étions tombés sous le charme de son apparition à la fête des lumières 2016 avec Évolutions sur la façade de la cathédrale Saint-Jean. Incroyable de précision, cette projection monumentale, détaillant pierre par pierre l’édifice pour mieux l’animer, était à couper le souffle. Voilà qui méritait une attention de parcours. Yann Nguema s’engage post-bac dans des études scientifiques avant de bifurquer vers les beaux-arts à Orléans. Parallèlement à cela, il est bassiste. Très vite, il se passionne pour l’outil informatique. “Nous avons créé Ez3kiel en 1993. Nous avons obtenu une bourse du Fair (1er dispositif de soutien au démarrage de carrière et de professionnalisation en musiques actuelles) et nous l’avons consacré à l’achat de deux vidéo-projecteurs. J’ai commencé la musique très jeune et j’ai très vite composé avec l’outil informatique. J’ai la chance de travailler au projet d’Ez3kiel depuis toujours. C’est une chance unique de travailler toujours sur le même propos. En fait, à l’époque, il n’y avait pas de groupe sans éléments solistes, on a décidé de remplacer l’absence de chants par les projections d’images.” En réalité, l’homme tient dans sa matière, la finesse de l’œil, l’oreille affutée, et le code informatique pour lier l’ensemble. Aujourd’hui, il se consacre à l’image, il crée ses propres logiciels et veut aller plus loin dans la partie graphique. “Depuis toujours, j’ai trois grandes passions, la musique, l’image, la programmation. J’ai créé plusieurs sites pour Ez3kiel, le premier est lié à la découverte de flash. Donner la possibilité à un utilisateur d’interagir sur la musique et sur l’image sans ma présence, voilà pourquoi j’ai appris à coder.

Un travail d’orfèvre

Animation numérique, arts numériques, projections monumentales, scénographie… On ne sait où ranger cet infatigable chercheur amoureux de l’image. Chacun de ses projets repose sur l’élaboration d’un logiciel spécifique. Il le créé de toute pièce car, selon lui, les outils qui existent dans le commerce, si puissants soient-ils, sont universels et donc imprécis. “Si je travaille avec un projecteur lumière, je vais explorer toutes ses facettes et l’éventail de ses possibilités. C’est la même chose avec les logiciels. Ils sont universels, de plus en plus puissants, mais ils conduisent à une uniformisation. Un professionnel à l’œil avisé saura très vite faire la différence entre différents types de logiciels. Or, aujourd’hui, on voit plus facilement l’expression d’un logiciel que la personnalité d’un artiste. C’est pour cette raison que je fabrique mes outils, pour qu’ils soient adaptés à mon propos. J’aime les choses très précises, très fines, très ciselées, je redessine tout, par exemple, toutes les pierres d’un bâtiment… C’est un effort considérable pour arriver à ce niveau de précision. Plus on ajoute des détails, plus il faut maîtriser. Depuis le début d’Ez3kiel, j’ai toujours été dans la précision.” Quels que soient les projets, le niveau de précision est aussi époustouflant qu’exemplaire.

 

Retrouvez l’intégralité de cet article dans l’AS N°220 disponible gratuitement au format PDF.