À table à Chaillot

Photo © Maison Pradier

Haut lieu symbolique du théâtre populaire, le Théâtre national de Chaillot, construit en 1937 à l’occasion de l’exposition universelle par les Frères Niermans, rénové par Valentin Fabre et Jean Perrottet à l’aube des années 70’, vient tout juste de se refaire une beauté. Face aux fontaines du Trocadéro, à la Tour Eiffel et au Champ-de-Mars, le Grand Foyer est le cœur battant de l’ouvrage. Il offre, de jour comme de nuit, une vue imprenable et, dans le style art déco, est paré d’œuvres —peintures, sculptures et décors— des plus grands artistes des années 30’. C’est aussi là que la Maison Pradier a élu domicile pour permettre au public de se restaurer avant et après les spectacles.

Le souffle art déco

L’espace est saisissant. Quiconque a eu l’occasion de dîner ou d’assister à une réception dans ce fameux Grand Foyer est ébloui tant par la puissance du lieu que par son allure. Quatre sculptures —le printemps (Paul Belmondo), l’été (Aronso Naoum), l’automne (Pierre Alfred Noël Cazaubon), l’hiver (Francis Renaud)—, des toiles peintes – Pour la Paix par l’Art (Gustave-Louis Jaulmes), dix-huit torchères (Raymond Subes) et un espace monumental avec une large baie offerte au Champ-de-Mars. Cet espace a été confié à la Maison Pradier qui propose une restauration rapide et une table avec trois formules à prix abordables à partir de la même base de buffets d’entrées et de desserts agrémentés d’un plat du jour qui varie en fonction de la saison. Les formules sont simples et lisibles : Eiffel à 25 € pour buffet d’entrées, plat, buffet de desserts ; Seine à 20 € pour buffet d’entrées, plat ou plat, buffet de desserts ; Trocadéro à 16 € pour le plat du jour. La formule est simple et la qualité correcte. Tout se cuisine sur place. Le chef cuisinier se nomme Jimmy Okito et diversifie les propositions. Au menu, par exemple, du magret de canard ou de l’espadon et un bouquet de sept entrées : duo de riz rouge, salade saumon, salade César, salade de tofu, salade de potimarron, jambon cru, charcuterie, terrines. Côté desserts, se chamaillent éclair au chocolat, éclair passion, tarte au citron, tarte fondante chocolat, opéra, croustillant, … Une cuisine simple et classique qui s’équilibre avec une partie snacking de qualité. Chaque dimanche, le restaurant propose un brunch au tarif de 39 € à partir de 11 h.

Une maison illustre

La Maison Pradier, présente au Théâtre Chaillot depuis deux ans, est également implantée à l’Opéra Bastille avec une carte sucrée. Dans le Grand Foyer de Chaillot, ils gèrent aussi tous les événements (pots, réceptions) et parfois même des événements extérieurs au théâtre (prestations pour diverses entreprises) avec une équipe de dix personnes (cinq pour le snacking, cinq pour le restaurant). Une tentative échouée d’ouverture le midi a permis de recadrer les jours et heures liés aux spectacles. La référence cosy, design et chic de la Maison Pradier ne fait pas débat et l’histoire de cette illustre Maison, fondée en 1856, s’écrit sur plus d’un siècle et comprend l’élection de la meilleure religieuse de Paris et une distinction pour l’éclair au chocolat. Depuis quelques années, une poignée d’une dizaine de boutiques a été ouverte, un laboratoire de production investi et l’entreprise développe les plateaux repas et son activité de traiteur. La carte snacking affiche un joli bouquet de sandwichs et salades ainsi qu’un joli choix de gourmandises. Si la qualité est au rendez-vous de manière incontestable dans un lieu pour le moins exceptionnel, on pourrait regretter que le choix ne se soit pas porté sur un chef plus singulier même si celui-ci devait être plus marqué. Tout cela manque un petit peu de relief.