LnLo, sculpteurs lumières

Elle, Helen (Ln) se forme au design et à l’architecture d’intérieur à l’ESAG Penninghen, dessine des bijoux place Vendôme, s’installe en freelance avant de le rencontrer. Lui, Laurent (Lo), licence de physique fondamentale et diplôme d’ingénieur en poche, intègre, un temps, un laboratoire d’anthropologie biologique du CNRS, puis se dirige vers le game design. Le hasard fait entrer les diodes dans leur vie. Ensembles, ils sont LnLo, unissent leurs forces et créent innocemment une petite boîte lumineuse à base de technologie LED (Creadots Light Frame) à des fins domestiques qui deviendra la base de créations lumières interactives à grande échelle.

Un pas après l’autre

Dress Code, Festival des Lumières 2013

Leur rencontre est un heureux hasard. Rien d’exceptionnel, des amis communs, une affinité. Helen Eastwood et Laurent Brun commencent à rêver une lampe domestique interactive “sympa pour chez nous”. De là naît Creadots Light Frame, un petit cube de 24 cm x 24 cm, un tableau lumineux conçu à partir d’une matrice de LEDs télécommandables. Sa particularité : une lumière diffuse et douce obtenue en coulant les LEDs dans une résine. “Laurent avait, par le passé, travaillé sur la technologie LED. Il avait été ébloui par les possibilités offertes par cette technique, couleur, luminosité, intensité, … Nous avons développé cela ensemble pour s’amuser et puis, fort du succès, nous avons commencé à exposer dans des salons à Paris. Puis nous sommes passés du prototype à la mini-série pour commercialiser l’objet. Et comme nous n’avions ni le réseau ni les compétences, cela n’a pas été très concluant. Tout le monde aimait nos lampes mais personne ne les achetait !” Toujours le hasard, lors d’une soirée chez un ami commun, on leur demande de penser l’adaptation de Creadots pour une installation lors de la Nuit Blanche 2008. “Nous avions déjà imaginé cette lampe modulaire, cette rencontre nous a précipités dans le monde de la performance et de l’installation artistique. Nous avons connecté environ trois cents lampes dans une église à Paris et nous avons découvert, par cette expérience, que cet univers nous correspondait mille fois plus que l’objet décoration. Nous avons travaillé, avec les LEDs, à des sculptures lumineuses en volume.” Helen est l’espace, Laurent la lumière. L’installation Lueurs, proposée dans l’église Saint-Germain l’Auxerrois, raconte, en 18 000 LEDs, le cycle de la vie et de la mort et propose, à partir des statistiques de naissances et de décès durant la nuit du 4 au 5 octobre 2008, une sculpture de lumière interactive évoluant en temps réel pour faire apparaître la vie grâce à l’apparition d’un point lumineux et symboliser la disparition avec son extinction. Dans cette grande valse lumière temporelle se joue l’histoire des hommes.

Le temps comme accessoire

S.P.O.T. (Square Piece of Time), présenté lors de la Fête des Lumières 2008, continue cette exploration temporelle. Des LEDs, toujours, sur la façade des archives municipales transformée en horloge monumentale au rythme intriguant et berçant les passants d’un flot hypnotique de secondes, minutes, heures, … Apparitions lumineuses (260 panneaux LEDs Creadots) sur un écran/façade de 10 m x 18 m. “S.P.O.T. à Lyon et Paris (en intérieur au Conservatoire national de danse), c’était la même installation. Une horloge très abstraite et très subjective avec un décompte du temps. Une programmation qui tente une perception sensible du temps. Parfois une grande lenteur, parfois tout s’accélère… Nous voulions symboliser et signifier cette notion de temps élastique, de densité et d’intensité. Nous voulions que les passants éprouvent leur propre perception du temps, transmettre cette sensation du temps qui semble s’accélérer et pourtant reste le même.” Couleur, programmation, vitesse, gradation, intensité, ces premières installations sont un terrain d’expérimentation infini. Après les cubes lumineux, les mots, … Great Expectations (Les Grandes Espérances) toujours sur la façade des archives municipales, toujours durant la Fête des Lumières, pluie de mots apparaissant et invoquant la mémoire, les souvenirs, le passé, le présent, … Puis, en 2013, vint Prana, immense cube de lumière (LEDs 3D) vivant au rythme de nos respirations, poumon lumineux mouvant, allégorie d’une force fondamentale, œuvre immersive destinée à nous faire éprouver la sensation de vie et de bien-être.

 

 

Retrouvez l’intégralité de cet article dans l’AS N°216 disponible gratuitement au format PDF.