La technique omniprésente : Un périmètre multifonctionnel

D’une salle à l’autre, le public profite ici d’expériences très différentes avec la Grande Seine, sorte d’aréna premium qui voit l’aspect “équipement” l’emporter sur la morphologie ou à l’inverse, et pour peu que la morphologie soit respectée, des salles à acoustique naturelle où l’aspect “équipement” s’efface au profit de la volumétrie. Rien ne s’oppose dans ce dernier cas à laisser le geste architectural s’exprimer, là où la scénographie tente de tenir tous les équilibres.

Scène en construction, passerelle transversale (GSA) - Photo © Patrice Morel

Scène en construction, passerelle transversale (GSA) – Photo © Patrice Morel

La Grande Seine est un équipement polyfonctionnel principalement destiné à l’accueil de tournées internationales, grandes comédies musicales et événements institutionnels de grandes ampleurs. Il n’est donc pas surprenant de ne répertorier en tout et pour tout au niveau de la machinerie haute que douze équipes motorisées dont quatre équipes latérales. L’auditorium, qui est à ce titre un espace plus autonome, propose une série d’équipements complémentaires particulièrement adaptés aux mises en espace. On peut citer à titre d’exemple, les 3 passerelles mobiles, le 3e balcon lumière, les régies fermées, les 131 percements au niveau du plafond de salle permettant la mise en œuvre des 61 poutres mobiles triangulaires en aluminium assemblées et mues par leurs 32 palans électriques BGV-D8+, … La grande salle de répétition MHS17 (Maîtrise des Hauts-de-Seine) surprend par un ratio d’équipements scéniques très élevé au regard de sa seule capacité d’accueil. Le volume est doté d’une machinerie très confortable à majorité frontale et rien ne s’oppose à la mise en œuvre d’autres configurations. Les petites et moyennes salles de travail et de répétition reçoivent des équipements plus légers avec des lisses tubulaires pour projecteurs équipés de circuits d’éclairage gradués et directs, des écrans stores motorisés, des rideaux de variabilité acoustique sur patiences manuelles, des gradins d’orchestre fixes, mobiles (manuels ou motorisés), …

Les équipements communs

L’informatisation, la mécanisation et la pénibilité au travail sont bien prises en compte au vu du nombre de plates-formes élévatrices, la vélocité des wagons de décor motorisés autonomes et la souplesse des gradins d’orchestre. Nombreux sont, parmi ces équipements, ceux qui répondent au doigt et à l’œil à partir d’une simple tablette tactile sans fil IAPI Easyscene ; l’ensemble étant installé par AMG Féchoz. Les réseaux courants forts et courants faibles scéniques (comprenant les réseaux audiovisuel et lumière), n’échappent pas à cet élan. La répartition géographique massive est appliquée à tous les niveaux de l’établissement. Le niveau d’intégration va jusqu’à couvrir les zones les plus reculées comme les dessous, les fosses, les arrière-scènes, les zones de transit, les garages et les sas de livraison. Les liaisons audiovisuelles locales sont réparties en toute logique sur des nœuds de communication secondaires situés en salle GSA, auditorium et MHS17, eux-mêmes redirigés vers le nodal principal (attenant aux studios d’enregistrement). Chaque salle dispose d’un local de gradateurs et d’une armoire de commande de machinerie strictement indépendants. Les lisses basculantes, réparties sur les nombreuses passerelles, sont équipées d’aimants de fixation permettant d’exclure tous basculements accidentels.

La Grande Seine (GSA)

– Volumes principaux

Gril de marche (scène GSA) - Photo © Patrice Morel

Gril de marche (scène GSA) – Photo © Patrice Morel

La distribution s’organise autour d’une arrière-scène, d’une scène principale desservie par une scène latérale jardin et d’une avant-scène. Il n’y a pas à proprement parler de cage de scène. L’espace scénique adossé forme un volume unique avec la salle. Il n’y a pratiquement pas de décrochement entre la structure d’avant-scène et le gril de scène. La salle se prolonge avec une fosse publique aménageable à l’aide de tribunes télescopiques fixes et, dans la continuité, avec un large gradin fixe regroupant au centre l’emplacement des régies. En cas de nécessité, ces dernières peuvent être reportées au centre de la 3e passerelle. La charpente de salle intègre quatre lignes de passerelles transversales courbes entrecoupées par deux passerelles longitudinales rayonnantes. Ces dernières raccordent le gril d’avant-scène au réseau de passerelles transversales de salle. L’espace public peut être fractionné en déployant les 19 rideaux de jauge motorisés.

La scène n’est distribuée que par un seul niveau de passerelles. Le passage du côté jardin au côté cour s’effectue par défaut par la passerelle transversale de scène (située à la rupture entre la scène et l’arrière-scène). L’alternative consiste à passer par le gril d’avant-scène.

 

La suite de cet article dans le N°214 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro