Elbphilharmonie à Hambourg

Après dix longues années de travaux, des arrêts de chantier, des rebondissements décisionnels, la façade de l’Elbphilharmonie était illuminée par les lettres “Fertig” (fini) pour son ouverture le 11 janvier 2017 où les notes de Beethoven et Wagner raisonnaient dans le grand auditorium.

Hambourg, la ville de Brahms, s’est offerte une icône architecturale à l’image de Bilbao. Quelle audace : poser un bâtiment de 20 000 tonnes sur un entrepôt, exposé à tous les vents, une salle de concert à l’acoustique parfaite dans un environnement de vibrations provoquées par les hélices et les sirènes des paquebots. L’Elbphilharmonie flotte dans les airs tout en étant profondément ancrée dans son histoire.

Hambourg et le port

Vue extérieure depuis la ville - Photo © Thies Raetzke

Vue extérieure depuis la ville – Photo © Thies Raetzke

Hambourg est une ville romanesque. Il suffit de se promener le long de l’Elbe et de regarder le paysage grandiose du port, s’engouffrer dans le quartier des entrepôts et des anciens comptoirs, des architectures imposantes en brique rouge au bord des canaux, pour s’imaginer les nombreuses histoires de commerce et d’ouverture sur le monde. Les odeurs du café et du cacao sont encore présentes et on remarque, accrochée aux ouvertures, l’enseigne des commerçants de tapis. Les hangars étaient utilisés pour stocker du thé, du café, des épices et des tapis. Les marchandises étaient purifiées et traitées. Une zone franche, le dernier poste de contrôle avant que le contenu des navires n’entre dans l’Empire allemand.

Le port à lui tout seul est un paysage fascinant, hors d’échelle et hors du temps. “Dans ce hangar, nous réhabilitons le Queen Mary”, explique un Hambourgeois en nous montrant un hangar qui paraît minuscule dans cette immensité. Alors quand on imagine la taille du paquebot…

L’Unesco a inscrit au patrimoine mondial de l’humanité ces anciens entrepôts (Speicherstadt) et comptoirs (Kontorhaus) jugés “symboles emblématiques de l’essor vertigineux du commerce mondial à la fin du XIXe siècle et au début du XXe”. Les 300 000 m2 sont le plus grand complexe logistique historique au monde. La Maison du Chili (Chilehaus) est l’exemple représentatif de l’architecture expressionniste en briques des années 20’.

La reconquête de la façade littorale

Depuis 2000, la Ville s’est lancée dans un vaste et ambitieux projet de réhabilitation de toute sa vieille zone portuaire baptisé HafenCity, confié à une société privée créée par la municipalité. Elle consiste à construire une ville nouvelle au bord de l’Elbe. Les vieux entrepôts sont extrêmement bien réhabilités et opèrent la jonction entre le centre-ville historique et la ville nouvelle composée de logements de standing, commerces, bureaux et espaces publics signés par David Chipperfield, Richard Meier et Shigeru Ban. Depuis 2008, le quartier est intégré dans un ambitieux projet de réaménagement du Sud de la Ville avec des logements et des équipements culturels. La construction de l’Elbphilharmonie s’inscrit dans cette dynamique et sa silhouette s’élève sur la pointe Ouest.

 

La suite de cet article dans le N°213 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro