Création & intelligence artificielle ou la révolution des algorithmes intelligents

En matière d’innovation technologique, l’intelligence artificielle passionne autant qu’elle effraie. Alors que certains annoncent une révolution totale d’ici quelques décennies, quel sera son impact sur la création artistique ? Comment les artistes d’aujourd’hui s’emparent de ces technologies intelligentes ? Quelles sont les évolutions à venir dans le spectacle vivant ?

Spectrogram - Photo © Rakutaro Ogiwara

Spectrogram – Photo © Rakutaro Ogiwara

À la façon d’un Prométhée moderne, incarné tantôt par HAL 9000 dans 2001, l’Odyssée de l’espace ou par T 800 dans Terminator, l’intelligence artificielle (parfois notée “IA” dans l’article) inspire la peur d’une machine incontrôlable et annonçant la fin de l’espèce humaine. Les déclarations fracassantes de sommités telles que Stephen Hawking ou Bill Gates vont d’ailleurs dans ce sens alarmiste. Dans Her, sorti en 2013, Spike Jonze mettait en lumière Samantha, une IA non matérialisée, capable de penser, de ressentir des émotions et de nouer une relation amoureuse. Une approche complexe, contrastant avec une technophobie ambiante et qui autorisait le spectateur à penser l’intelligence d’une manière plus positive. Si une machine dotée d’une telle conscience peut s’émouvoir des beautés du monde, ne pourrait-on pas envisager qu’elle puisse elle-même la créer ? La création artistique pourrait-elle être l’apanage de ces futures intelligences artificielles ? Si oui, sous quelle forme cela pourrait-il se traduire ? Dit simplement —et d’une manière volontairement provocatrice— les prochains grands génies, que la postérité invitera aux côtés de Mozart ou Picasso, seront-ils des intelligences artificielles ?

Au vu des progrès récents, la question mérite d’être posée sérieusement. Car si la réalité n’a pas encore supplanté la science-fiction, les technologies qui paraissaient spéculatives commencent à voir le jour. En 2016, la défaite du Coréen Lee Sedol, champion incontesté dans l’art du go, contre l’Alphago de Google a sans doute marqué un tournant décisif. Désormais, les logiciels parviennent à être supérieurs à l’homme dans l’une des disciplines les plus complexes qui soient. Cette symbolique désormais fissurée, d’autres possibles se dessinent. Voiture autonome chez les uns (Tesla, Google Car) ou assistant personnel vocal chez les autres (Alexa pour Amazon, Cortane pour Microsoft ou Siri pour Apple), l’intelligence artificielle s’invite progressivement dans notre quotidien avec une révolution complète prévue à l’horizon 2050. Le domaine de l’art et a fortiori celui du spectacle vivant —la musique en première ligne— ne seront évidemment pas en reste. Cet article a l’ambition d’esquisser les pratiques artistiques du futur en matière d’intelligence artificielle. Il se basera sur celles existantes et sur les innovations de quelques précurseurs.

 

La suite de cet article dans le N°213 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro