À table avec Jocelyn Davière

Après la Brasserie 33 au TNP de Villeurbanne, nous voici Au Quai des Saveurs sur le toit du Quai à Angers avec Jocelyn Davière, directeur technique. Ce qui frappe avant toute chose à l’arrivée c’est la majesté du lieu. Le toit terrasse du paquebot, qui abrite maintenant le CDN, la Scène nationale et le Centre national de danse contemporaine, ouvre à 180° sur l’historique château d’Angers. Vue à couper le souffle, terrasse en bois tout juste (re)liftée, parterre de graminées qui s’envolent à la caresse du vent pour la touche poétique, accueil ensoleillé accompagné d’une belle lumière d’automne. Tout ici invite au voyage.

Vue du restaurant et de l’esplanade sur la ville - Photo © Géraldine Mercier

Vue du restaurant et de l’esplanade sur la ville – Photo © Géraldine Mercier

Cuisine aux couleurs du monde

Et les saveurs n’échappent pas à la règle. Karine et Christophe Neveu se sont installés sur la terrasse angevine en avril 2013, après avoir tenu un restaurant à Beaucouzé. Ils décrivent leur ancien restaurant comme une cantine ouvrière assortie d’un bureau de tabac. Au Quai des Saveurs, ils ont fait le choix d’une cuisine aux couleurs du monde avec une base de produits frais français qu’ils travaillent de manière exotique. Leur carte comprend, en outre, un ensemble de wok cuisinés in situ. Le principe est amusant : on choisit parmi un ensemble de légumes et fruits frais présentés de manière appétissante, puis viande et/ou poisson, puis riz ou nouilles et on compose à son gré un wok que l’on assaisonne avec une sauce de son choix. Tout cela est cuit sous nos yeux. Le résultat est très savoureux et le chef très souriant et pédagogue. À côté de cela, la carte rassemble tapas, burgers (toujours patinés d’une touche exotique), des plats où apparaissent un petit drapeau français signifiant la provenance du produit, et deux menus (découverte et menu du Quai). Sur la carte, à chacun des plats, on conseille un vin. Ainsi un Saumur blanc “Domaine Langlois Château” AOP viendrait accompagner le rôti de lotte au lard de Colonnata IGP sauce poivrons-chorizo ou un Coteaux du Layon “Domaine Cady” AOP viendrait parfaire la crème brûlée aux épices douces. Un versant midi, un plutôt soir. Un versant brasserie aux couleurs du monde, un autre plus “menu découverte” pour gastronomes. Le concept est éprouvé et fonctionne.

Vue générale de l’intérieur - Photo © Géraldine Mercier

Vue générale de l’intérieur – Photo © Géraldine Mercier

Ambiance intérieure feutrée

La salle, elle aussi, est imprégnée d’une touche d’exotisme. L’intérieur feutré et serti de boiseries aux parfums d’Orient épouse des chaises et des murs rouges carmin en conversation avec des touches de brun profond. Une grande baie vitrée invite au regard extérieur où un parterre de graminées complète une toile sur fond de ciel infini comme dans les peintures d’Andrew Wyeth. C’est douillet et ample à la fois. Et on cause en dégustant un wok. Étrangement, les équipes du Théâtre ne viennent pas ici. Le restaurant est totalement indépendant. Un ascenseur permet l’accès directement au 5e étage depuis le grand hall central du Quai, qui ressemble à une véritable rue tant ses volumes sont imposants.

Ici et là

Vue du restaurant et de l’accès direct par ascenseur - Photo © Géraldine Mercier

Vue du restaurant et de l’accès direct par ascenseur – Photo © Géraldine Mercier

Si le bar du Quai est intégré comme un endroit sympathique où l’on peut boire un verre et grignoter tout en écoutant de la musique, Au Quai des Saveurs n’est pas nécessairement une étape pour les personnels et hôtes du Quai. Frédéric Bélier-Garcia, qui s’attache à faire du Quai un lieu de création, mais également “un lieu de vie, point de convergence des savoirs savants et des envies joyeuses”, enrichit ce qu’il nomme son plan artistique d’occupation des sols. Jocelyn Davière confirme que cela a commencé avec l’installation d’une librairie dans le Forum (librairie design fabriquée par les équipes techniques) puis ont suivi des installations, des manifestations, des rencontres, … Et cela s’est poursuivi avec Panoramax sur le fameux toit du Quai. Une proposition mélangeant cours de yoga et de tai-chi-chuan le matin, leçons de danse (tango, salsa, …), transmission de chorégraphies, DJ sets, initiations à l’astronomie, … Bref, chaque fin de semaine, les jeudi, vendredi et samedi, la terrasse s’est faite lieu d’expérimentation dans la perspective de créer un événement d’été. “Nous proposons des activités sociales qui confinent à l’artistique et d’autres plus réservées aux dandys et aux rêveurs.” C’est vrai que l’endroit offre des perspectives réjouissantes. Mais il est vrai que l’indépendance si grande de ce Quai des Saveurs par rapport à l’activité du Quai reste pour nous du domaine du mystère. Parce que l’endroit est assez sidérant. Et pour peu que l’on se projette, on imagine sans mal le développement possible en lien avec la fourmilière artistique qui vrombit sous ses pieds. C’est sans doute ce qui a germé dans la tête de Frédéric Bélier-Garcia. Tout est là, il suffit d’inventer des liens et de faire bouger les esprits. Bienvenue sur le toit du monde.