Métal hurlant : le Gueulard +

Tout de métal vêtu, le Gueulard + fait de l’œil aux passants. Mais derrière l’apparat se cache un équipement fonctionnel dédié à la diffusion et à la pratique des musiques actuelles. Cet établissement de Nilvange (57), ouvert fin 2014, devrait obtenir le label SMAC pour son premier anniversaire.

A07-01-1Le Gueulard + est un astre. Le bâtiment est habillé par un bardage brillant, une robe futuriste. Une armure scintillante qui tranche avec les alentours dominés par des façades usées et les usines ensommeillées qui ont fait la renommée de la vallée de la Fensch. L’inox et l’acier polis réfléchissent les rayons du soleil. Vert, noir et argent sont convoqués selon les moments de la journée et l’intensité lumineuse donne à l’ensemble un aspect organique et quasi-mouvant. Les volutes des lames se soulèvent gracieusement au-dessus des ouvertures. Elles rappellent à la fois les variations des ondes musicales et les saillies lumineuses de métal qui s’écoulaient des hauts fourneaux, tout proches.

Plus de Gueulard …

Si l’architecture est faite d’allusions et comprend des aspects mémoriels, elle doit d’abord répondre à un A07-02-1besoin fonctionnel. Le Gueulard + est né de la volonté de la Communauté d’agglomération du Val de Fensch de doter le territoire d’un espace consacré aux musiques amplifiées. “Il y a une dynamique locale autour des musiques actuelles qui existe depuis les années 1980”, raconte Emmanuelle Cuttita, directrice du Gueulard + et enfant de la vallée. “Le territoire est très marqué par le déclin de l’industrie sidérurgique qui finançait autrefois beaucoup de choses : l’habitat, les loisirs, … Puis progressivement, celle-ci a connu des difficultés et s’est désengagée. Des jeunes ont pris les choses en main. Ce mouvement a donné naissance au Gueulard en 1984.” Cette salle de concert/bar, dont le nom fait référence au bruit étourdissant produit par l’acier qui tombe au fond des hauts-fourneaux, est un endroit apprécié des habitants du secteur. Dans les années 80’ et 90’, on y vient nombreux pour assister à des concerts de chansons engagées et de rock. Le lieu se développe et obtient successivement le label Café Musique, puis le conventionnement SMAC en 1998. Mais il a le défaut de se trouver au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitations de trois étages. Il est finalement fermé en 2000 pour cause de nuisances. Il faudra près de dix ans pour voir se profiler un autre projet.

… Jusqu’au Gueulard +

A07-13Entre temps, l’association Pavé, qui se chargeait de la programmation du Gueulard, organise des concerts dans divers lieux. Mais ce n’est plus suffisant pour la Communauté d’agglomération qui, désireuse de fixer de jeunes ménages dans le secteur, estime qu’il faut leur proposer une offre culturelle spécifique. Pavé, alors dirigée par Emmanuelle Cuttita, est chargée de la préfiguration du projet. Elle deviendra la directrice du Gueulard +, évolution logiquement plus “puissante” du Gueulard, administré par un EPIC (Établissement Public Industriel et Commercial). Au regard du nombre de bâtiments vides dans la région, le maître d’ouvrage s’oriente vers une réhabilitation. Et c’est une construction hybride qui est finalement sélectionnée, près de la mairie de Nilvange. Deux premiers niveaux de l’immeuble choisi accueillent jusqu’en 2011 les salles de cours d’un collège. En dessous de cette partie datant du début des années 70’, une piscine municipale a été créée, un peu plus tard, à flanc de coteau.

 

La suite de cet article dans le N°202 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro