Flowers in the Mirror, un opéra chinois dans un vieux théâtre en bois

[singlepic id=192 w=320 h=240 float=left]C’est au cœur de la campagne vaudoise que Vidy nous invite cette fois à découvrir un objet théâtral fascinant. La Grange sublime, autre appellation du Théâtre du Jorat (voir AS n°167), accueille Vidy pour douze représentations d’un opéra chinois, mis en scène par un français, Charles Tordjman. 12 000 places sont proposées grâce à la jauge du grand navire, avec force campagne de promotion et de séduction dans tout le bassin romand. Vidy sort les grands moyens pour accueillir, comme il se doit, la délégation de l’Empire du Milieu. Le projet est de taille. Si Vidy en prend la production déléguée, c’est d’une coproduction internationale qu’il s’agit, avec vingt-deux comédiens sur scène et pas moins de sept techniciens en tournée.

[singlepic id=187 w=320 h=240 float=right]La genèse du projet

Charles Tordjman a dirigé à Nancy La Manufacture, Centre dramatique de Lorraine (1), de 1992 à 2009. Vidy a présenté plusieurs de ses mises en scène : L’Éloge de la faiblesse d’Alexandre Jolien, Anna et Gramsci d’après Bernard Noël ou, l’an dernier, La Fabbrica d’Ascanio Celestini. Tordjman est aussi organisateur de Passages(2), festival des théâtres à l’Est de l’Europe qui, depuis une douzaine d’années, présente des compagnies de l’“Est du monde”, essentiellement européennes, mais aussi plus lointaines. C’est dans ce cadre qu’il a invité, en 2007, l’Opéra du Sichuan avec Le Roi singe, un spectacle de son répertoire. Il y eu un grand intérêt pour cet univers inhabituel sur les scènes occidentales. En particulier, au Grand Théâtre du Luxembourg, où est née l’idée de coproduire un nouveau spectacle avec la troupe de Chengdu. “Nous avons très vite renoncé à adapter un Molière ou un Shakespeare, cela paraissait trop artificiel”, explique Charles Tordjman. Le texte idéal, c’est sa belle-fille chinoise qui l’a trouvé. C’est elle, déjà, qui lui fit découvrir l’Opéra du Sichuan.

La suite de cet article dans le N°172 de l’Actualité de la Scénographie > Acheter ce numéro